vendredi 25 mai 2018

Spanish Love Songs - Schmaltz


A-F Records / Uncle M - Mars 2018


Ah ça, je suis un mec prévisible. J'ai pas besoin de grand chose en même temps. Un rythme de punk-rock aux accents Hot Water Music, The Menzingers et consorts, des riffs bien efficaces, un son cool, une voix un peu athypique. Et ça tombe bien, c'est 100% ce qui compose le nouvel album de Spanish Love Songs, Schmaltz. Alors, chronique courte, aussi efficace que ces chansons? Allez, oui, t'en veux bien un peu plus, ca va.

Parce que 100% c'est un peu un raccourci. Oui, j'ai beau être prévisible, des groupes comme ça on en compte sans fin, et si je me suis laissé prendre c'est qu'il doit y avoir une autre raison. J'essaye de chercher un peu, parce que si avec 3 riffs, 2 breaks de batterie, une guitare qui fait la mélodie et une autre une petite rythmique aigue, j'ecris une chronique dythirambique, j'ai pas fini de chercher des explications.

La première s'appelle "Sequels, Remakes & Adaptations".  Une bonne vieille explosion après une premiere chanson calme, la recette fait souvent mouche. Le style est reconnaissable directement, surtout cette voix singulière à la limite de dérailler dans les aigus. Et puis la cavalcade pop-punk de rigueur, maitrisée, catchy, droite au but. Pourtant il y a bien autre chose. Cette autre chose, c'est d'éviter les pailettes, le surfait, et de lâcher ses chansons comme elles arrivent. C'est cela qui fait la sincérite d'un disque, le fait que l'on puisse s'y aggriper un peu, bouger la tête et se dire qu'on pourrait se reconnaître dans des paroles sincères.

Aussi, faut que je le dise, quand j'écoute un truc, je suis un peu chiant. Enfin en ce moment du moins. Tu vois, un nouveau disque, j'aime pas avoir l'impression de l'avoir entendu avant, mais j'aime bien pouvoir fredonner les chansons après juste quelques écoutes. Une feignasse en somme, génération Y. Voilà, là on est pile dedans. Spanish Love Songs, c'est cette touche de différence par rapport à la masse de trucs que je peux écouter, et pourtant je suis dans mes pantoufles dès les premières secondes. C'est pas une question d'originalité ou pas de déjà vu, mais juste d'émotions. En ce moment j'ai besoin de cela.

Ah puis si tu veux de la musique, "Joana in five acts" c'est quand même le tube des tubes aussi. Après tu peux me demander ce que ça vaut en concert? Oui, ils ont joué à Anvers la semaine dernière, mais le destin a décidé que je ne verrais que 3 chansons. Je pourrais d'ailleurs écrire une chronique sur comment se faire chier à aller voir un groupe alors que la vie vous en veut un peu. Alors voila, sur 3 chansons, oui, c'était bien. Et le vinyle il est beau? Je sais pas, il était sold out. 

Bref, même mes infos en bois ne doivent pas t'empêcher d'écouter Schmaltz, parce qu'il est bien. Très bien.






Aucun commentaire:

Publier un commentaire